Pourquoi sommes nous opposés au pylône relais.

Voici ce qu’Orange écrit en page 4 du DIM

« L’implantation de la nouvelle antenne a été choisie après une étude de géomarketing poussée pour répondre au mieux aux attentes et aux besoins sur le territoire de la commune. … »

Si la notion de géomarketing ne vous est pas familière en voici une définition.

Il est très intéressant de savoir qu’Orange a fait une étude poussée avant de proposer d’implanter un pylône de 30 m en plein milieu du village. On peut aussi s’interroger sur la méthode utilisée pour déterminer les attentes et les besoins de la population, peut être en interrogeant notre Maire.

Nous pouvons en déduire qu’il s’agit plus d’une opération économique que technique.

Esthétique :

Un pylône de 30 m au cœur d’un village de 700 habitants, pour défigurer le lieu il n’y a sans doute pas mieux. Nous nous sommes déjà exprimé sur cette aberration.

Qualité de réception :

5 opérateurs sont présents sur la commune à partir de 2 pylônes (le Thoronet pour Orange et Lorgues pour les autres) néanmoins, compte tenu du relief, il y a des zones ou il semble impossible de recevoir le moindre signal téléphonique. Le pylône tel qu’il est prévu et malgré ses 30 m ne portera guère au-delà des limites de la commune et surtout ne couvrira pas toutes les zones blanches.

Il améliorerait le niveau du signal dans le centre village, les Simons et permettrait de disposer de services autres que la téléphonie et la messagerie mais à quel prix.

Etude poussée :

Aucune autre alternative à ce pylône n’est mentionnée et donc ne semble pas avoir été étudiée (installation sur le pylône de Lorgues, autre emplacement sur la commune).

« Lorsque l’opérateur envisage d’établir un site ou un pylône et sous réserve de faisabilité technique, il doit (…) privilégier toute solution de partage avec un site ou un pylône existant (article D.98-6-1 du CPCE ).

Dommages collatéraux :

D’après les informations mentionnées dans le DIM, l’installation de ce pylône nécessiterait de couler, à minima 40 m³ de béton, d’acheminer une structure métallique de 30 m et de lever cette même structure. Toute ces opérations nécessiteraient un noria d’engins de chantier, de plusieurs dizaines de tonnes chacun, sur un chemin pas du tout adapté.

Autre conséquence le prix de l’immobilier autour de pylône va baisser, la vue sur un pylône comme sur une éoliennes n’est pas très vendeur.

Quid de l’après :

Actuellement le dossier ne concerne que des émetteurs de 3 et 4G. L’installation future d’émetteurs 5G ne sera plus qu’une formalité administrative.

Une fois installé, rien ne nous garanti que Orange ne sous louera pas le pylône à d’autres opérateurs (article D.98-6-1 du CPCE ) avec comme conséquence une augmentation des puissances émises.

Aspect sanitaire :

Orange respecte scrupuleusement les normes Européennes et Française concernant le champ électromagnétique rayonné autour du pylône soit :

3G900 Mhz41 V/m
4G700 Mhz41 V/m
4G800 Mh41 V/m
4G1800 Mhz58 V/m

Une estimation des champs générés par les 4 émetteurs restent dans les normes, mais si l’on considère les recommandations non officielles d’un champ < à 0,6 V/m pour éviter les problèmes de santé il faut s’éloigner à 784 m des émetteurs alors que les premières habitations ne sont éloignées que de 133m à 230 m du pylône.

Le calcul donne pour une distance de 150 m un champ de 3,13 V/m et à une distance de 200 m un champ de 2,35 V/m.

Nous sommes bien loin des 0,6 V/m.

Il faut aussi prendre en compte le cas des personnes électrosensibles qui sont d’autant plus affectés par la la proximité de l’émetteur.

Conclusion :

Voici les arguments qui nous amènent à nous opposer à l’implantation de ce pylône au centre de notre village.

Pour commenter cet article aller en bas de page

Articles similaires

2 Thoughts to “Pourquoi sommes nous opposés au pylône relais.”

  1. mangin

    Nos biens immobiliers et fonciers seront dévalués (20% à 30% en moyenne) : la plupart des français ne souhaitent pas vivre à proximité d’une antenne-relais !
    Qui pollue visuellement et électromagnétiquement.

    Et ce n’est pas tout. Qu’en est-il de notre santé ?

    Alors que les rayonnements électromagnétiques au-dessous des limites réglementaires actuellement en vigueur (28 à 61 V/m, selon la fréquence) sont présentés comme inoffensifs, des milliers d‘études scientifiques prouvent le contraire.

    L’exposition aux radiations en dessous des limites réglementaires actuellement en vigueur provoque stress oxydatif, ce qui a long terme est cause de cancer. Depuis de nombreuses années, toute une littérature scientifique relayée par des politiques et des journaux de nombreux pays, s’inquiète de la recrudescence de cancers anormalement fréquents, notamment chez les jeunes enfants vivant près de lignes à haute tension ou d’antennes-relais. Aucune autre explication n’a justifié cette dramatique anomalie.

    D’importantes études expérimentales récentes sur un modèle animal homme-équivalent ont démontré une augmentation de l’incidence de certaines tumeurs du cœur et du cerveau suite à l’exposition chronique déjà à partir de 5V/m.

    L’électro-hypersensibilité (ou EHS), maladie reconnue comme affection neurologique, est en croissance exponentielle : selon l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire – Rapport de juin 2016), plus de 5% de la population en souffriraient en France.

    La liste des évidences scientifiques, à la fois épidémiologiques et expérimentales, est suffisamment longue pour ne plus nier l’impact sur le vivant, les plantes, les insectes, les animaux et … l’espèce humaine.

    Je vous invite vraiment à vous poser les bonnes question pour préserver une qualité de vie en meilleur santé…
    cathy.

    1. francois dehlinger

      Merci pour votre soutien à notre action.
      Nous partageons votre avis sur les dangers sanitaires des antennes relais et nous avons déjà, dans un précédent article, abordé ce risque.
      Dans cet article nous avons listé tous les problèmes générés par l’implantation d’un tel pylône à cet endroit. Problèmes qui devraient permettre à notre Maire de refuser ce projet, le principe de précaution sur le rayonnement n’étant pas un argument recevable.
      il faut savoir que le lobby des opérateurs et puissant et la loi et les règlements sont en leur faveur. De plus il ont le soutien de nos dirigeants (cf le volte face de notre président concernant les attributions de fréquences pour la 5G lors de la convetion citoyenne).
      Cordialement
      Le comité de rédaction de SANV

Comments are closed.