Suite : Couverture radio téléphonique de Saint Antonin.

Précisions techniques pour savoir de quoi on parle en termes de téléphonie sur Saint Antonin du Var.

La couverture radio téléphoniques du village est, à ce jour, assurée par 2, voire 3 pylônes d’émission.

Un pylône situé sur la commune du Thoronet au hameau du Clapier.
Hormis d’autres services de télécommunications, il supporte les antennes de l’opérateur Orange. Il utilise les technologies 2G, 3G et 4G.
Le pylône mesure 18 m situé sur une colline de 178,67 m.
Les antennes culminent à 185,47 m.

Un pylône sur la commune de Lorgues situé au 33 du chemin Pey Cervier. Comme au Thoronet, ce pylône supporte divers services de télécommunications et pour la téléphonie, il supporte les antennes des opérateurs SFR (2G, 3G, 4G), Bouygues (2G, 3G, 4G) et Free (3G, 4G, 5G). Le pylône mesure 35 m situé sur une colline de 254,04 m.
Les antennes culminent entre 284 et 287 m.




Un joli pylône et ses émetteurs !

Un pylône sur la commune d’Entrecasteaux situé au lieu dit La Buissiere. Comme au Thoronet et à Lorgues, ce pylône supporte divers services de télécommunications et pour la téléphonie, il supporte les antennes des opérateurs Orange (2G, 3G, 4G), SFR (2G, 3G, 4G), Bouygues (2G, 3G, 4G) et Free (3G, 4G). Le pylône mesure 35 m situé sur une colline de 159,85 m.
Les antennes culminent entre 181,85 et 188,45 m.

Services disponibles :

Comme on peut le voir sur les tableaux des émetteurs (voir tableaux), les opérateurs ont des émetteurs permettant de fournir des services pour toute la gamme des téléphones du GSM de base au smartphone le plus récent avec toutes les applications qui vont avec.
Simple téléphonie avec SMS pour la 2G (elle date de 1982 et a débit moyen de 9,6kb/s) jusqu’à l’accès internet et vidéo avec la 4G (débit maximum de 150 Mb/s). La 5G de Free sur le pylône de Lorgues est une version light au niveau débit (située dans la bande des 700 Mhz) et ne doit peut être pas utiliser les technologies Massif MIMO et BEAMFORMING.

Aspect sanitaire :

Les normes , leur élaboration et les conditions de mesure, c’est la jungle.

Reportons nous au fonctionnement pratique d’un émetteur de radiotéléphonie :

– les antennes directionnelles, c’est à dire qu’elles émettent un faisceau d’onde d’environ 120° d’ouverture (lobe principal) mais il y a des lobes secondaires, moins importants qui débordent.
– les émetteurs n’émettent pas à pleine puissance en permanence mais envoient des « trains de données » d’où la notion de pulsée, les mesures prennent généralement en compte la valeur moyenne, différente de la puissance de l’impulsion.
– Par contre, pour la 2G, 3G et 4G l’émission de fait sur toutes les antennes indépendamment de la position du téléphone par rapport à l’antenne (la technologie de la 5G est différente BEAMFORMING ).

Concernant les normes :
C’est simple, il n’y en a qu’une objet du décret 2002-775 du 3 mai 2002 (voir décret).

Résumé des valeurs limites


Inutile de vous préciser que ces valeurs sont très élevées et les opérateurs dans les DIM (Dossiers d’Information Mairie) annoncent qu’ils sont toujours en dessous, pas difficile !

Ce même décret n° 2002-775 du 3 mai 2002 (article 3) impose aux opérateurs de tout mettre en œuvre afin qu’au sein des établissements scolaires, crèches ou établissements de soins situés dans un rayon de 100 mètres de l’équipement, l’exposition au public aux champs électromagnétiques soit aussi faible que possible.

Il existe aussi un ensemble de textes de la Directive européenne 2004/108/CE du 15/12/2004 transcrite en droit français ayant valeur légale  par décret N°2006-1278 du 18 octobre 2006 et normes NF-EN 61000 qui prévoient une valeur limite de 3V/m en milieu résidentiel pour éviter tout risque de dysfonctionnement de différents appareils électriques ou électroniques.
Divers appareils d’assistance médicale dont certains pace makers et lecteurs de glycémie n’étant protégés (blindés) que jusqu’à 3V/m.
Dans la transcription, l’article 2 précise « Sont notamment exclus du champ d’application du présent décret :
1. Les équipements terminaux de télécommunications et les équipements hertziens définis au 10° et au 11° de l’article L. 32 et à l’article L. 34-9 du code des postes et des communications électroniques
 » donc inapplicable aux émetteurs de radiotéléphonie.

Recommandation Européenne :

0,6 V/m (soit 1000µW/m²) c’est la valeur retenue par un groupe de chercheurs indépendants, pour protéger la population. Cette fameuse limite à 0,6V/m réclamée de manière pressante et récurrente par de nombreux scientifiques mérite une attention particulière.
La Résolution 1815 de mai 2011 du Conseil de L’Europe recommande le seuil de prévention à 0,6V/m pour l’exposition à long terme « 8.2.1. recommande de fixer un seuil de prévention pour les niveaux d’exposition à long terme aux micro-ondes en intérieur, conformément au principe de précaution, ne dépassant par 0,6 volt par mètre, et de le ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre; »

Qu’en est il des normes nationales au niveau Européen ?
On peut classer les pays en trois groupes en fonction des normes qu’ils appliquent aux opérateurs locaux :

Groupe 1 (violet): limites légales dérivées de la recommandation de l’UE, avec une politique de précaution dans certains pays;
Groupe 2 (rose): pas de limites légales ou des limites moins strictes que dans la recommandation de l’UE, avec une politique de précaution dans certains pays;
Groupe 3 (jaune): limites plus strictes que dans la recommandation de l’UE.


Dans le troisième groupe des États membres, il existe des niveaux de référence plus stricts et / ou des restrictions de base fondées sur le principe de précaution et / ou en raison de la pression publique.

Les limites choisies reposent parfois sur le principe «aussi bas que raisonnablement possible sans mettre en danger le service». Un choix technique (la limite inférieure d’interférence dans les normes européennes de compatibilité électromagnétique) pour la Belgique par exemple. Dans d’autres pays, les raisons de certaines limites ne sont pas claires ou arbitraires par exemple en Grèce (32 v/m à 900 Mhz,45 V/m à 1800 Mhz et 47 V/m à 2100 Mhz) et en Italie (20 V/m sauf dans les lieux sensibles 6 V/m). Dans certains États membres, les niveaux de référence plus stricts sont appliqués en tant que limites d’exposition qui ne peuvent être dépassées comme la Bulgarie et la Lituanie avec 6 v/m et la Pologne avec 7 V/m. De plus certaines réglementations différencient les niveaux d’exposition en fonction de la durée d’exposition potentielle (par exemple exposition de plus de 4heures)

Pour plus d’information voir ce document Européen.

Lors d’une Conférence Internationale tenue à Salzburg (Autriche), les 7 et 8 juin 2000, des scientifiques de renommée internationale ont adopté une Résolution concernant les Stations de Base de Télécommunication Mobile. Ils ont recommandé de limiter le niveau d’exposition à 1mW/M² soit 0,6 V/M.Ce niveau de champ aurait été adopté par le Canton de Saizburg mais je n’ai pas pu confirmer (de façon fiable) cette information. Les opérateurs dans les FAQ de leurs DIM écrivent que cette résolution n’a jamais été adoptée par les autorités du canton, mais c’est l’information fournie par les opérateurs!
Dommage que cette résolution ne soit pas reprise par les instances Européennes.

Exemple de Dossier Information Mairie (DIM):


Dossier Information Mairie de la commune de BOIS-D’ENNEBOURG en Seine Maritime (Le DIM)

Je vous laisse le soin de consulter les pages de présentation du projet pour arriver à la page 13 présentant les « Caractéristiques d’Ingénierie » :
Chaque antenne est décrite avec sa situation sur le pylône, son orientation, les fréquences d’émission, son tilt (inclinaison en degrés par rapport à la verticale permettant d’adapter le faisceau), le PIRE (puissance isotrope rayonnée équivalente) et le PAR (puissance apparente rayonnée).
Intéressons nous au PIRE (puissance isotrope rayonnée équivalente et correspond à la véritable puissance rayonnée en sortie de l’antenne) (voir plus),
elle est exprimé en DBW (le décibel exprime un rapport entre la puissance mesuré et la valeur de référence ici 1watt) et varie de 29,40 à 34,80 DBW.
Valeurs relativement courantes pour des émetteurs en zone rurale. Ces chiffres vous semblent peu élevés mais ce sont des Décibels, si vous les convertissez en Watts vous obtenez 29,40 DBW 870 watts
34,80 DBW 3020 watts

voici des tableaux des champs électriques de ces émetteurs en fonction de la distance par rapport à antenne






Allons plus loin, quelle est la puissance total émise par l’antenne en tenant compte de tous les émetteurs raccordés :

3G 900 Mhz29,40 DBW870 Watts
4G 700 Mhz32,40 DBW1 739 Watts
4G 800 Mhz32,40 DBW1 739 Watts
4G 1800 Mhz34,80 DBW3 020 Watts
Total émissionLes Db ne
s’additionnent pas
6 368 Watts
Puissance totale des émetteurs


Champ résultant total :



Il s’agit de valeurs théoriques max mais néanmoins atteignables !

Conclusion :

Il ne faut pas se voiler la face, la téléphonie mobile est une affaire de gros sous. Le chiffre d’affaire des services mobiles (hors smartphones) en 2019 s’est élevé à 13,3 Mds € dont 11,1 Mds € pour les particuliers (données ARCEP).
On comprend beaucoup mieux le lobbying des opérateurs pour que les normes ne bougent pas et aussi pourquoi malgré ses promesses notre Président a vendu aux enchères les fréquences pour la 5G et nous a évité de revenir au mode de vie des Amish !

Concernant St Antonin, en l’absence de DIM, si nous prenons comme hypothèses :
les valeurs de notre exemple,
l’implantation envisagée à coté de STEP Masseboeuf,
un seul opérateur
et émission en 2, 3 et 4G
nous obtenons des valeurs de champ électro magnétique max de 2,91 V/m à 1 V/m pour les habitants des résidences proches du futur pylône et de l’ordre de 0,87 V/m pour l’école (voir tableau précédent).
Nous pensons qu’implanter un pylône relais à cet endroit n’est pas la solution pour améliorer la qualité des liaisons téléphoniques de nos mobiles sur le territoire de la commune et qu’elle créera plus de problèmes qu’elle n’en résoudra.

Articles similaires

One Thought to “Suite : Couverture radio téléphonique de Saint Antonin.”

  1. Marie-Jose RUBY

    Je vous remercie et félicite pour l’excellent travail de recherche et de transmission que vous avez réalisé.
    Effectivement, votre article montre que l’emplacement projeté ne semble pas être d’une grande efficacité.
    De plus, cet emplacement jouxte le futur Cœur du village tant évoqué par la municipalité depuis 2008 et qui ne cesse d’être dévalorisé par les différentes décisions environnementales (tri sélectif…).
    Il serait judicieux de faire un questionnaire pour connaitre combien d’utilisateur rencontre des problèmes de téléphonie.
    Encore bravo et bonne continuation.

Laisser un commentaire