Notre contribution à la consultation publique sur les ZNT

Nous avons posté sur le site des consultations publiques dans le cadre de la « Consultation publique sur un projet de décret et un projet d’arrêté relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’habitation » la contribution suivante.

Une association d’une commune viticole s’exprime! Le projet de décret créant des chartes pour définir des Zones de Non Traitement autour des lieux de vie se base sur l’idée que la pulvérisation d’un pesticide en aérien ou au sol ne se propagerait pas au delà d’une distance définie soit 3 à 10m, mais on a vu aussi des demandes pour des ZNT de 100 à 150m. Nous pensons que cette notion de ZNT ne résout pas le problème fondamental qui est la pollution de l’air, de l’eau et des sols avec les pesticides épandus sur les terres agricoles.On sait par des études sur la dispersion des pulvérisations que la volatilisation post-application a lieu à partir des sols ou de la végétation traitée et peut se prolonger pendant des semaines.
Elle a été reconnue comme source de contamination et semble même, pour certaines molécules, être plus importante que la dérive qui a lieu au moment des applications. Le taux de volatilisation post-application est plus important dans la journée. La température ainsi que les mouvements atmosphériques favorisent le transport des pesticides. La volatilisation post-application se manifeste généralement
par des processus d’évaporation, de sublimation et de désorption.On ne peux nier la présence de pesticides de toutes natures dans les pluies sur des villes situées à des dizaines de Kilomètres des zones agricoles, comme la présence de molécules de pesticides de synthèse chez les populations et les animaux des zones polaires. En conclusion nous proposons de lancer une programme de sortie des pesticides classés CMR et PE sur une période de 5 ans en créant un système d’aides financières pour l’ensemble des agriculteurs qui sortiront de l’usage de ces produits. Les aides pour le passage en BIO seront augmentées pour attirer plus d’agriculteurs.Au bout de ces 5 ans les CMR et PE connus et à venir seront définitivement interdits de production, de vente et d’utilisation. Nous allons agir pour que les habitants de notre commune viticole s’engagent dans des actions citoyennes pour faire aboutir cette proposition.

Related posts